Pour acheter un atomiseur reconstructible ou réparable, il faut prendre en compte certains paramètres qui dépendent du vapoteur. La cigarette électronique est un outil assez technique mais qui est personnalisable selon ses goûts. Alors, voici quelques astuces pour acheter ses matériels par rapport à ses préférences et qui aideront le fumeur d’e-cigarette a bien les choisir.

Choisir son atomiseur reconstructible

Il y a plusieurs types d’atomiseurs reconstructibles et ils ont leurs points communs ainsi que leurs différences dans le style esthétique, le type de plateau de montage (mono, dual, quad-coils), le type d’aération (situé en haut, en bas ou les deux). C’est surtout une question de goût personnel et de besoin avant tout. Il y a les RBA, les RTA avec tank, les RDA ou dripper, sans tank et les RDTA qui sont des drippers avec réservoir. Donc pour en acheter, cela dépend de la préférence de tout un chacun.

–          Le RBA (Re Buildable Atomizer) signifie atomiseur reconstructible. L’ensemble du matériel dont la résistance peut être effectuée par le vapoteur. Les RBA permettent de faire des résistances à basse tension générant une chauffe et une vapeur importante.

–          Le RDA (Rebuildable Dripper Atomizer) n’a pas de réservoir. Son utilisation requiert de le remplir à la main goutte par goutte. L’e-liquide est posé au fond du dripper au niveau des mèches. Le RDA a deux fonctions : la dégustation des saveurs des e-liquides et la production de vapeur.

–          Le RTA (Rebuidable Tank Atomizer) est un atomiseur reconstructible avec son plateau de montage auquel on ajoute un réservoir et sa connexion. Sur la chambre d’atomisation on a une cheminée pour évacuer la vapeur.

–          Le RDTA (Rebuildable Dripping Tank Atomizer) sert à obtenir les qualités de vapeur d’un dripper en ayant en même temps une bonne autonomie en e-liquide. Il a un plateau de montage situé en haut de l’atomiseur avec un réservoir en dessous.

Choisir son fil résistif

Le fil résistif est aussi primordial. C’est lui qui détermine en grande partie le rendu final de la vape. On a 2 modes d’utilisation : le contrôle de température et la puissance variable.

–          Concernant le contrôle de température, tous les types de fil résistif conviendront sauf les kanthals puisque sa variation de résistivité n’est pas assez forte pour un fonctionnement correct à ce propos.

–          Pour la puissance variable, tous les fils résistifs feront l’affaire sauf le nickel et le titane.

Il y aura des vapoteurs qui souhaitent produire une grande masse de vape et d’autres voudront plus savourer le goût sans considérer la quantité de vapeur. Pour cela, on a une valeur en Ohm qui va déterminer la consistance et la saveur. A moins de 1 Ohm, on obtient de gros nuages mais a des saveurs moins prononcées. Et à plus de 1 Ohm, on peut obtenir de très bonnes saveurs mais mois de volume de vapeur.